A VELO ENTRE LES VALDOCCO D’ARGENTEUIL ET DE NICE

Par Le Valdocco 2 semaines ago

« Vas-y vous faites rien avec nous »

C’était contre ça qu’on voulait aller. On voulait inverser le rapport. En effet cette provocation que vous adressent parfois les jeunes cache souvent une demande. Nous leur avons ainsi proposé quelque-chose de fort et d’un peu fou tout en s’appuyant sur leurs désirs : visiter Nice et Marseille. On souhaitait mettre une difficulté assez forte, qu’ils s’en souviennent de ce séjour, qu’ils en soient fiers et que ça leur serve pour avancer dans leurs vies.

On avait également la volonté que ça se propage sur le quartier, que ça fasse du bruit en local. L’histoire de ces quatre jeunes de 19 ans qui ont fait Nice-Marseille en vélo, 250 km.

On s’est alors lancé dans la préparation. Notre rôle était double : organiser et surtout, le plus important, travailler avec les jeunes sur la motivation et sur une préparation physique et mentale. Malheureusement à une semaine du départ, après un lien de plus en plus présent avec ces quatre jeunes. Ce fut la déception. Ils nous ont appelés pour nous prévenir qu’ils ne viendraient pas. Avec le recul, nous avons analysé les raisons de ce départ avorté mais nous les garderons pour nous au chaud, en équipe.

Cependant, les logements étaient réservés, les billets de train et les vélos également. Alors nous avons donné rendez-vous à quatre autres jeunes, toujours du quartier Joliot-Curie et du même âge, pour leur en parler. S’ils étaient tiraillés au début et en questionnement par rapport aux distances, aux sacs sur le dos et nous en passons… Ils n’ont pas été très difficile à convaincre. Le surlendemain donc, nous voilà partis. En direction de Nice nous nous demandons tout de même si nous n’avons pas été un peu fous mais le train avance et le choix n’est plus possible. Le séjour se fera et il faudra bien arriver à Marseille en vélo.

Après beaucoup de fatigue, de rires, de bonne humeur et d’anecdotes, des jeux de cartes interminables pour déterminer celui qui devra faire la vaisselle avant de partir, des crevaisons et des galères innombrables, des mollets et des cuisses dignes de coureurs cyclistes (réalisés sans dopage), et encore de la fatigue, nous sommes arrivés à Marseille en passant par Cannes, Fréjus, Cuers.

Fiers de l’avoir fait nous sommes rentrés à Paris avec tous ces souvenirs en tête, en étant convaincus que les jeunes se serviront de ces moments pour avancer dans leurs vies.

Raphaël Provot, éducateur spécialisé

Article paru dans la Newsletter de Décembre 2017

Tous les articles

Catégorie:
  ARGENTEUIL
partagé 0 fois
 000