LE MOT DE DEPART DE FRANCOIS LE CLERE

Par Le Valdocco 4 mois ago0 commentaire

Après huit années de direction générale de l’association Le Valdocco, je passe définitivement le relais la semaine prochaine à Cécile Roy. Voilà, déjà six mois que j’enseigne à l’Université Paris 8 et deux mois que ce passage de relais se prépare. C’est en confiance que je quitte mon poste.

Je souhaiterais profiter de ce message pour saluer l’ensemble de la communauté éducative : collègues, bénévoles, administrateurs et partenaires. La crise sanitaire a attaqué violemment quelque chose qui nous est cher au Valdocco : le lien. Nous sommes passés par cette redécouverte que le lien passe par le corps et par des gestes partagés. Je suis privé de cette occasion de partager un repas, de lever mon verre ou de vous serrer la main chaleureusement pour vous exprimer à chacun.e ma gratitude. J’ai mis un peu de temps à vous envoyer ce message d’au revoir. D’abord, parce que ce n’était pas encore tout à fait terminé pour moi. Et puis, vous imaginez bien que c’est avec émotion que je vous quitte, car l’aventure Valdocco a été pour moi très prenante et enrichissante. J’ai appris beaucoup à vos côtés. Je dois vous saluer pour le moment par écrit et remettre à plus tard cette possibilité de convivialité.

Je tenais à vous remercier, tous, pour la confiance donnée et pour l’engagement qui a été le vôtre à mes côtés. Il y eu des désaccords, des débats et des désagréments certainement. Il y a eu de bons moments, des petites victoires et des grands changements. Mais, la dispute professionnelle quand elle n’est pas confondue avec des conflits de personnes fait avancer le travail éducatif et la construction du lien social. Paul Ricoeur disait que le conflit fait la démocratie ! Il permet aussi à des jeunes de grandir et d’apprendre, à des équipes de penser et à des réseaux de partenaires de s’ajuster dans leurs collaborations. N’ayant pas trop peur de ces débats-là, de cette dispute nécessaire afin de garder vivant le travail de pensée.

Nous avons appris de Jean Marie Petitclerc, fondateur du Valdocco, l’importance de la qualité éducative, de l’alliance et de la confiance avec les jeunes et les familles. Nous savons bien que sans ce lien, nous aurons du mal à faire notre travail éducatif. Jean Marie, à la suite de Jean Bosco, nous a invité à entendre l’espoir qu’il y a derrière toute conduite antisociale. Il a su nous rendre attentifs aux espoirs et aux potentialités des jeunes. Il y a huit ans, au moment de son départ, j’ai pu, comme disciple, me demander quelle pourrait être la place d’un nouveau directeur général dans cette association. Après trois premières années d’immersion dans cette fonction, j’ai compris que mon rôle était de construire une association qui ne soit pas dans l’idolâtrie du passé et de son fondateur, mais qui à partir de cette expérience des fondations puisse définir une organisation, recruter des professionnels et des bénévoles, prendre des décisions qui poursuivent ces intuitions fondamentales, qui portent cette éthique du Valdocco. Le Valdocco fête ses 25 ans et je suis si fier de voir l’association avancer dans des projets ambitieux pour et avec les jeunes, tout en préservant sa singularité. Je crois profondément à l’éducation comme levier pour offrir à chacun la possibilité de devenir sujet responsable de ses actes, pour construire le vivre ensemble et être créatifs face aux défis sociétaux. Ce ne sont pas des mots en l’air, c’est cette expérience que nous vivons quotidiennement au Valdocco. Expérience qui m’a confirmé dans mon cette conviction.

La pédagogie de Jean Bosco est une pédagogie institutionnelle. Au-delà de la qualité de la relation éducative, Jean Bosco a créé dans le Valdocco des origines : des lieux, des temps, des sous-groupes qui participent du processus éducatif, qui triangulent la relation éducative jeune-éducateur. Je pense que l’institution est aussi éducative. Prenons soin de ces lieux éducatifs et des mousquetons institutionnels qui permettent aux jeunes de grandir librement. Ils ont autant d’importance que la qualité de la relation.

J’ai cherché à construire avec vous, l’institution et les collectifs nécessaires à la poursuite de cette aventure éducative qu’est le Valdocco, là encore pour que restent vivantes les intuitions de départ !

Je tiens à remercier Michel Vantalon, « mon » premier président, pour son soutien et son écoute. Je retiens de lui une expression : « il ne faut pas se cacher derrière son petit doigt ». Je remercie aussi vivement le conseil d’administration pour son implication et sa confiance.

Je remercie le bureau associatif (Christine, Françoise, Dominique, Nicole et Frédéric) pour leur soutien et leur amitié.

Merci à mon plus proche collaborateur Jimmy Labeau Fontana qui avec un grand professionnalisme a traversé avec moi les joies et les difficultés du siège associatif. Et parce qu’il a su mettre des couleurs dans cette collaboration (autant que dans ses chaussettes !).

Merci aux directeurs.trice d’établissement pour ce travail collectif et ces chantiers partagés. Cette équipe de direction est riche de son expérience, de sa diversité et de son plaisir de travailler ensemble. Elle compte beaucoup pour Le Valdocco et j’ai eu grand plaisir à travailler avec vous.

Merci aux équipes, aux éducateurs.trices et aux bénévoles. J’ai toujours manqué de temps, mais j’ai pensé souvent à vous et aux défis éducatifs du quotidien.

Merci aux partenaires, pour l’attention, le temps et le soutien que vous m’avez apporté. J’ai appris à vos côtés ! Merci d’avoir fait confiance au Valdocco dans une période de fragilité de son modèle économique. Cécile Roy reprendre un Valdocco en meilleure forme et qui avance dans de nouveau développements.

Merci d’avoir entendu la singularité de cette aventure. Il n’y a pas de processus éducatif sans un collectif qui pense, qui porte et qui désire aux côtés des jeunes et avec les parents. Pas un collectif uniforme et latéralisé, mais un collectif qui pense les complémentarités et la différence des places, des fonctions. Un collectif qui sache s’ouvrir, se renouveler et faire place à de nouvelles énergies.

Je souhaite à tous et toutes que l’aventure du Valdocco soit belle et que la vie soit bonne !

Je vous emporte avec moi à l’Université. Chaleureusement.

François LE CLERE

Catégories:
  ACIRPEARGENTEUILFORMATIONSGLOBALGRAND LYONLILLENICE
partagé 0 fois
 000

Laissez un commentaire

Votre adresse mail ne sera pas publiée